Togo: Cissé Assimiou et certains de ses camarades du PNP en Danger

Togo: Cissé Assimiou et certains de ses camarades du PNP en Danger
Publié le : 20/05/2020 commentaire(s) (0)

Cissé Assimiou, menuisier charpentier de formation, père de deux enfants et certains de ses camarades de même obédience politique, notamment Iliassou et Aliou ont dû fuir d’abord la ville de Sokodé puis carrément le Togo à cause de leurs convictions politiques.

Ce natif de Sokodé (il est né un 31 décembre 1972) a fui son pays, laissant derrière lui une femme et deux enfants. Selon les témoignages, ce serait son appartenance au Parti national panafricain (PNP) qui serait à l’origine de ses ennuis qui l’ont obligé à prendre la fuite.

La situation y devenait invivable aux lendemains de la gigantesque manifestation organisée au Togo et à l’extérieur par le parti présidé par Salifou Tikpi Atchadam. Il se raconte que quelques mois après le 19 août 2017, « des éléments de force de sécurité traquent les militants et sympathisants de cette formation politique de l’opposant jugée trop radicale).

La plupart des sièges locaux du PNP dans le nord sont sous une stricte surveillance s’ils ne sont pas saccagés.

Le 15 février 2019. En pleine réunion près du carrefour nommé Kpalokpalo, des agents des forces de sécurité débarquèrent et auraient frappé, violenté les militants en pleine réunion. Cissé Assimiou en sort avec une blessure grave. Il est hospitalisé deux semaines durant.

Une fois chez lui, les pressions, harcèlements et intimidations ont repris de plus belle. Une nuit, des hommes cagoulés se seraient introduits chez lui. Celui-ci réussit à fuir par la fenêtre. Il est parvenu à se rendre au Ghana. Une bonne volonté l’héberge pendant quelques semaines. Sa femme qui était enceinte avant sa fuite, perd l’enfant. 

Depuis le 20 août 2019, peu de personnes savent exactement où se trouve Cissé Assimiou et ses camarades. Certains disent qu’ils sont toujours au Ghana. Selon d’autres, ils auraient traversé la manche et se retrouverait sur le vieux continent. Mais leurs familles respective sont  toujours à leur recherche.

La Rédaction

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message