Togo : Des drogues et produits contrefaits saisis incinérés

Togo : Des drogues et produits contrefaits saisis incinérés
Publié le : 26/06/2020 commentaire(s) (0)

Dans le cadre de la commémoration de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite des drogues, le ministère de la Sécurité et de la Protection Civile à travers le Comité National Anti-Drogue a procédé ce 26 juin 2020, à l’incinération des drogues et produits contrefaits saisis. Cette cérémonie s’est déroulée au champ de tirs d'Agoè-Nyivé en présence des membres du gouvernement, des partenaires du Togo en matière de lutte contre ce fléau, des forces de défense et de sécurité ainsi que des autorités administratives et traditionnelles.

La communauté internationale commémore chaque 26 juin, la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic illicite des drogues. Au Togo pour marquer cette cérémonie, il a été procédé ce jour à l’incinération des drogues et produits contrefaits saisis depuis le 26 juin 2019 jusqu’à ce jour.

Au total 0,70159 kg de cocaïne ; 0,90 kg d’héroïne ; 4,10 kg de meyhamphetamine ; 5440,66 kg de cannabis ; 40,50 kg Khat ; 1,92 kg de psychotrope ; 48737,815 kg de produits pharmaceutiques ; 651 cartouches et 5 paquets de cigarettes illicites ; 38,90 kg de papiers à fumer ; 3168 armes factices ; 126,60 kg de tabac illicite ; 716 bouteilles de boissons alcoolisées frelatées ; 12.230 sachets de café-rhum frelatée ; 26 bouteilles de faux miel (non pesés) et 54720 paquets de serviettes hygiéniques contrefaits ont été incinérés.

Le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Gal Damehame Yark  a fait savoir que les drogues et les produits contrefaits saisis par les forces de défense et de sécurité transitent la plupart du temps par le Togo. A cet effet il a saisi cette occasion pour attirer l’attention des parents sur les effets néfastes de ces stupéfiants.

« Je voudrais attirer l’attention des parents par rapport aux chiffres  de ces produits qui font peur. C’est vrai notre pays la plupart du temps sert de transit. Nous avons plus de 40 tonnes de cannabis. C’est énorme. C’est vrai, ce n’est pas destiné à la consommation locale. Il faut aussi reconnaitre que le cannabis est de plus en plus consommé par notre jeunesse. Si les parents connaissent les effets néfastes des stupéfiants, ils seront très vigilants vis-à-vis de leurs enfants. Quand l’enfant rentre de l’école, il faut voir qu’est ce qu’il a dans son sac. Parce qu’il est de plus en plus constaté des gens qui rodent autour de nos écoles, les lycées pour vendre du cannabis aux élèves. Et les élèves pensent qu’en prenant du cannabis, en buvant, ils ont la mémoire fraiche, ils peuvent assimiler, ils deviennent courageux. Donc, il faut que les parents soient vigilants. Le début est anodin mais ça fini toujours mal », a-t-il déclaré.

Le ministre Yark Damehame a non seulement  rendu hommage au président de la République Faure Essozimna Gnassingbé pour les moyens mis à la disposition des forces de répression afin de lutter efficacement contre l’abus et le trafic illicite de drogues mais aussi féliciter  ces dernières (la douane, la police, la gendarmerie, les forestiers).

« Il y a deux jours, la douane a montré une saisie importante de plus de 30 tonnes de cannabis qui vient d’un  pays pour un autre pays en transitant par le notre. Je voudrais encourager ces forces de répression. Ça fait partie du service normal que nous faisons. Non seulement ça permet d’éviter que notre pays soit taxer comme un pays de transit ou un pays de trafic mais ça permet aussi de dire que nos forces sont vigilantes. Elles appliquent les consignes reçues de la hiérarchie sans pitié », a laissé entendre le Gal Yark.

ALI

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message