Pour avoir jugé et condamné ses militants en « catimini » : La Dynamique Kpodzro monte au créneau et exige leur libération immédiate

Pour avoir jugé et condamné ses militants en «  catimini » : La Dynamique Kpodzro monte au créneau et  exige leur libération immédiate
Publié le : 24/06/2020 commentaire(s) (0)

Le 21 avril dernier, suite à l’arrestation du candidat de la Dynamique Mon Seigneur Kpodzro, Gabriel Agbéyomé Messan Kodjo, à son domicile, 16 militants furent aussi interpellés et déposés à la prison civile de Lomé. Ces derniers ont été jugés le 1er juin 2020 et condamnés à un an de prison assorti de huit mois de sursis, pour fragrant délit de rébellion et complicité de rébellion. Face à la presse, ce 24 juin 2020, la Dynamique Mon Seigneur Kpodzro a qualifié ce procès d’expéditif et exige leur libération immédiate et sans conditions.

Dans une déclaration liminaire, la Dynamique mon Seigneur Kpodzro a annoncé que 11 de ces 16 militants arrêtés ont été transférés à la prison civile de Tsévié après un jugement sommaire dans les locaux de la gendarmerie le 1er juin dernier en l’absence de leurs avocats et privés de leurs droits de défense.

« Les circonstances de leur procès, expédié en catimini, contrastent avec les pratiques usuelles en la matière et témoignent de la partialité du Tribunal qui a examiné leur cause. Tous sont condamnés à un an de prison assorti de huit mois de sursis, pour fragrant délit de rébellion et complicité de rébellion », a-t-elle fait savoir.

Selon la Dynamique Mon Seigneur Kpodzro, ils n’ont pas eu droit à un procès équitable, car leurs droits à la défense n’ont pas été respectés, mais plutôt bafoués.

« (…) le 1er juin 2020, dans une précipitation inacceptable les prévenus ont été jugés de façon expéditive dans les locaux de la gendarmerie nationale privés de l’assistance de leurs conseils et en l’absence de toutes les conditions minimales devant assurer un procès équitable », a-t-elle laissé entendre.

Face à ce procès qu’elle qualifie d’arbitraire, la Dynamique Mon Seigneur Kpodzro exige leur libération immédiate et sans conditions car selon elle, il y va de la crédibilité de la justice togolaise. Pour ce faire, elle « lance un appel solennel à l’ONU, à la France, à l’Allemagne, aux Etats-Unis, à l’Union Européenne, à la CEDEAO, à l’Union Africaine afin qu’ils interviennent au niveau du gouvernement togolais, pour le respect de la séparation des pouvoirs et pour le respect des droits de l’Homme ».

 Aussi, la Dynamique «  demande à la Commission des droits de l’Homme et des Peuples de l’Union Africaine, à la Commission Justice et paix du Vatican, aux Organisations de Défense des droits de l’Homme, à la CNDH, à la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU, Amnesty International, à Human Rights Watch, la FIDH, à la Conférence des Evêques du Togo et  de toutes les organisations de défense des droits de l’Homme afin qu’ils usent de tous les moyens nécessaires pour faire entendre raison au gouvernement togolais, pour la libération immédiate de tous les détenus politiques qui croupissent dans les geôles de la dictature togolaise ».

Aimé

Commentaire(s) (0)

Envoyez un commentaire
noms email message